L'arrivée d'une directrice Générale chez El Puente

Jette Ladiges est la nouvelle directrice générale d'El Puente. Au moment de l'interview, elle avait déjà été désignée pour succéder à l’ancien directeur général, Martin Moritz, parti à la retraite, mais elle travaillait encore pour WFTO. L'impatience était déjà palpable de part et d'autre lors de l'interview !





Chère Jette, tu as passé toute ta vie professionnelle à l'étranger. Et également la plus grande partie de celle-ci dans le commerce équitable. Concrètement, par quelles étapes es-tu passée ?


J'ai d'abord travaillé dans une entreprise sociale pendant mes études de sociologie et de politique en Nouvelle-Zélande. Cette entreprise de mode employait des femmes qui, autrement, n'auraient pas eu accès au marché du travail. J'ai fait mon mémoire de master en gestion d'entreprise en collaboration avec l'organisation néo-zélandaise de commerce équitable Trade Aid. J'ai ensuite commencé à travailler pour Trade Aid en tant que coordinatrice des ventes, spécialisée dans l'artisanat. J'ai travaillé en partie dans les achats, en partie dans la conception de produits, mais surtout dans la prospection de marchés.

Puis je suis revenue en Europe et j'ai naturellement voulu rester dans le commerce équitable. C'est ainsi que j'ai commencé à travailler comme responsable des partenariats à la WFTO. Dans ce cadre, j'ai principalement trois axes de travail. D'abord, la coordination du travail avec des initiatives et des mouvements qui ont des objectifs similaires à ceux du commerce équitable, comme Fashion Revolution par exemple. Un autre domaine d'activité est la prospection du marché pour nos membres. Nous regardons par exemple quels sont les points de départ en ce qui concerne les marchés locaux, c'est-à-dire du Sud au Sud ou du Nord au Nord.

Un autre projet a été mené en collaboration avec la marque de luxe Cloé. Celle-ci souhaite convertir au moins 20% de ses chaînes d'approvisionnement au commerce équitable et être approvisionnée par des membres de WFTO. Ce n'est pas si simple, car les entreprises sociales sont généralement organisées différemment. Dans un premier temps, il faut expliquer à une grande entreprise comme Cloé comment fonctionnent les entreprises sociales et le commerce équitable. D'autre part, il faut aussi expliquer aux membres de WFTO ce qu'il faut prendre en compte dans la coopération. Car ils sont naturellement habitués à travailler avec des partenaires comme El Puente, qui ont une bien meilleure compréhension de leur situation. Le troisième point dont je suis responsable, ce sont les différents projets au sein de WFTO, comme Made 51 en collaboration avec la UNCHR (Haut-Commissariat des Nations Unis pour les Réfugiés).


Il existe de nombreux domaines dans lesquels on peut s'engager pour une bonne cause. Pourquoi as-tu choisi le commerce équitable ?


Pour moi, il ne s'agit pas forcément que de commerce équitable, mais c'est la cerise sur le gâteau. Nous avons de très gros problèmes structurels dans le monde et que nous devons absolument changer notre façon de penser et trouver d'autres solutions, en particulier dans l'économie. Car WFTO considère une entreprise dans son ensemble.

C'est pourquoi j'ai d'abord travaillé dans l'entreprise sociale avant d'atterrir chez Trade Aid, parce que ce sont deux entreprises qui ont une autre structure, qui placent les gens et la nature avant la maximisation des profits. Et pourtant, elles sont viables en tant qu'entreprises. C'est fascinant pour moi.

Cela montre que l'idée de faire de l'économie autrement n'est pas une utopie, mais qu'il existe déjà des entreprises qui le font avec beaucoup de succès. Pour moi, le commerce équitable est donc aussi une "preuve de concept", une sorte d'outil pour montrer au monde qu'il est possible de faire autrement. C'est pourquoi je suis très curieux de voir El Puente, en tant qu'entreprise avec une structure qui implique les collaborateurs et surtout les partenaires commerciaux en tant qu'associés. Je trouve cela fascinant.


Dans le cadre de tes activités précédentes, tu as eu de nombreux contacts avec les partenaires commerciaux du Sud et tu t'es souvent rendu sur place. Quelle était ton impression, le commerce équitable peut-il vraiment faire la différence sur place ?


Définitivement. Ce sont justement les membres de WFTO qui peuvent faire changer les choses, car ils sont fermement intégrés dans leur communauté. Il ne s'agit pas seulement de certifier un certain projet et peut-être de payer une prime pour cela. Il s'agit de faire en sorte que les entreprises aient d'autres structures, que les producteurs soient représentés, qu'ils siègent au conseil d'administration, etc. Ils agissent dans l'intérêt des personnes qui travaillent pour cette entreprise. Bien sûr - si tu as plus de droit de parole, l'entreprise a un tout autre impact. Tu veux par exemple que tes enfants puissent aller à l'école maternelle ou qu'il te reste de l'argent pour envoyer tes enfants à l'université ou pour te former toi-même. Cet impact s'est également manifesté lors de mes visites sur place.

Il s'est souvent avéré que nous pouvions prendre une longueur d'avance sur les entreprises du Sud. En Europe, nous avons pris beaucoup de retard. C'est une autre approche pour voir ce que l'on peut apprendre des organisations du Sud !


As-tu un exemple à nous donner ?


J'ai de nombreux exemples. De nombreuses organisations proposent par exemple des jardins d'enfants. Nous savons tous à quel point c'est important. En Allemagne aussi, nous manquons souvent de places dans les jardins d'enfants. Mais d'autres choses sont également passionnantes, par exemple la manière dont les entreprises mettent en place leurs activités. ACP est aussi un partenaire d'El Puente. Ils ont par exemple un super magasin qui a l'air très chic. Les boutiques de commerce équitable en Europe sont confrontées à la question de savoir comment construire un magasin qui soit attractif, je ne peux que leur dire d'aller au Népal et de voir ce qu'a fait ACP.

Un autre exemple est Selyn au Sri Lanka, également une entreprise avec laquelle El Puente collabore. Selyn vient de connaître un changement de génération, la fille du fondateur ayant repris l'entreprise. Ce qui est passionnant, c'est la stratégie marketing et la manière dont ils parlent de leur entreprise, mais aussi le type de produits qu'ils proposent dans leur pays. Ils abordent ainsi certains thèmes qui ne seraient peut-être pas traités autrement. Selyn a par exemple fabriqué des produits d'hygiène pour les femmes qui sont réutilisables ou lavables. C'est une tâche importante pour une entreprise d'être pionnière et d'aborder régulièrement des thèmes comme le racisme, l’égalité homme-femme etc.


Un coup d'œil dans la boule de cristal, que peux-tu imaginer, à quoi ressemblera le commerce équitable dans 50 ans ?


C'est une question difficile. J'espère que nous parviendrons à faire entrer le commerce équitable beaucoup plus dans le courant dominant. On voit déjà des mouvements qui vont dans ce sens. On voit que des lois sont rédigées au niveau gouvernemental ou que les clients finaux regardent beaucoup plus si quelque chose est produit de manière éthique ou durable.

De très grandes discussions ont lieu autour de thèmes tels que la nouvelle économie et la nouvelle organisation du travail. Ce sont des points sur lesquels le commerce équitable travaille depuis 50 ans déjà. J'ai donc le sentiment que nous sommes déjà relativement avancés. Nous avons maintenant la possibilité d'élargir encore le champ d'action. Et j'espère que dans 50 ans, nos idées seront devenues la norme dans le commerce. Nous avons maintenant une grande pression, non seulement sur le plan social et durable, mais bien sûr aussi sur le plan environnemental. Nous devons changer quelque chose au niveau structurel. Il ne suffit pas d'éviter les sacs en plastique. Nous devons changer notre façon de penser et nous demander de quel type d'économie nous avons besoin pour atteindre nos objectifs. Je pense que le commerce équitable a un nombre incroyable de bonnes solutions. Nous pouvons largement contribuer à ce changement. Et espérons que dans 50 ans, nous serons une entreprise tout à fait normale, comme toutes les autres. Nous verrons bien si c'est le cas. Mais c'est ce que je souhaite.


Merci beaucoup Jette Ladiges !


Note : Jette a pris ses fonctions chez El Puente au début de l'été 2022



3 vues0 commentaire